Potato Planet 072. Septembre 2018

Chronique du Marché par Jean-Marc Storper :

Tous les professionnels de la pomme de terre ont intégré le contexte déficitaire de la récolte à venir. L’UNPT annonce le rendement moyen 2018 le plus faible jamais enregistré sur leurs prélèvements depuis 2001. À ce stade de la récolte, les deux grandes inconnues sont :

  • La qualité et le calibre des récoltes des variétés tardives dans les régions irriguées, à savoir le Nord Pas-de-Calais et la Seine-Maritime, mais aussi la Belgique et la Hollande (les gros réservoirs de pommes de terre fritables à destinations industrielles) ;
  • Leur capacité de conservation, que nous ne saurons pas apprécier avant la fin novembre. En effet, quelles vont être les conséquences du phénomène de repousse (ou rejumelage) sur la conservation des produits ? Les régions irriguées (Beauce, Champagne, Picardie), beaucoup plus orientées vers le marché du frais, semblent beaucoup moins déficitaires.

Le problème, c’est l’industrie. Comment va-t-elle gérer ce déficit ? Devra-t-elle débrayer ? Devrons-nous importer ? Et d’où ? Vu que l’Europe, dans son ensemble, semble souffrir du même mal… qui semble même être mondial. Dans ce contexte les cours de la pomme de terre sont d’une fermeté réelle. Gare aux réflexes de rétention, de spéculation excessive, les cours sont hauts. Gare aux problèmes de conservation qui constituent un vrai risque à ces prix, et surtout attention à la solvabilité de vos clients qui peut être fatale !

Dans ce contexte compliqué, les courtiers du SNCPT dotés d’une expérience et d’un grand professionnalisme se tiennent à votre disposition.

Télécharger la chronique